Lettre ouverte au Président du CD sur les difficultés rencontrées par nos collègues de l’ASE

L’Aide Sociale à l’ Enfance est en grande difficulté depuis de nombreuses années….les professionnels sont épuisés et l’administration reste sourde aux alertes qui lui sont adressées.

En août dernier la CGT a adressé une lettre ouverte au Président du Conseil Départemental :

Monsieur le Président,

     Après moult interventions à tous les niveaux et sous toutes les formes : courriers, alertes au CHSCT, grèves, vous acceptez  de nous entendre et vous avez annoncé la création de 10  postes à l’aide sociale à l’enfance pour un an.

     C’est un début de réponse mais qui ne répond que très partiellement aux  besoins et dans un temps très limité. Nous pensons que cela ne suffira pas. La situation à l’ASE est critique. Les collègues sont épuisés, les départs se succèdent. Des postes de contractuels ne permettent pas la stabilité nécessaire à l’exercice des missions de protection de l’enfance. La suppression du régime indemnitaire pour ce personnel n’est pas faite pour les retenir et ils ne se priveront pas d’aller chercher mieux ailleurs comme c’est déjà le cas aujourd’hui.

     A cette inquiétude s’ajoute l’absence d’information sur l’origine de ces postes qui sont prélevés sur les territoires. Deux hypothèses sont possibles. Il pourrait s’agir de postes gelés, réactivés ou, plus problématique des postes prélevés sur l’enveloppe des remplacements de chaque territoire. Ce qui aurait pour conséquence d’aggraver la situation de toutes les équipes. Nous souhaitons que vous puissiez nous éclairer rapidement sur cette question.

      Nous vous rappelons la nécessité absolue de création de places d’accueil en établissement. Il y a urgence à  répondre à la mission de protection des enfants en danger et à permettre le rapprochement entre le milieu de vie habituel des familles et les lieux d’accueils.

     Nous renouvelons également notre constat sur l’absence de réponse aux profils des enfants devenus complexes.

      Enfin, nous attirons votre attention sur l’inégalité dont sont victimes les mineurs isolés qui ne reçoivent ni argent de poche ni vêture.

      Tous ces points continuent de nous mobiliser avec une action syndicale qui va se poursuivre dès la rentrée. Nous souhaitons que le département, dont vous avez la responsabilité, prenne la pleine mesure des actions à mener pour faire face à l’urgence et  à la gravité de la situation de la protection de l’enfance.

      Recevez, Monsieur le Président, l’assurance de nos respectueuses salutations.

      La commission exécutive du syndicat CGT des Services Départementaux

     

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *