Une charte pour booster le dialogue social : CFDT – MATHIEU KLEIN, l’histoire d’un amour inconditionnel

Le 3 janvier 2017, la CFDT publiait un texte de Marie-Nadine Eltchaninoff intitulé « Une charte pour booster le dialogue social en Meurthe-et-Moselle » (lire l’article).

Mais qu’est-ce que le dialogue social ? D’aucun considère que, comme son nom l’indique, il s’agirait d’un « dialogue » en vue d’améliorer les relations sociales dans la collectivité. En quoi Mathieu KLEIN peut-il être qualifié de partisan de la reprise du dialogue social », comme l’affirme la CFDT ?

Régime indemnitaire  : alors que le cabinet d’audit chargé de l’évaluation du régime indemnitaire soulignait que le dispositif antérieur était plutôt équitable mais que la gestion du régime indemnitaire posait un problème. Avec l’aval de la CFDT toujours, après de nombreuses réunions qui laissaient pourtant croire en un accord, le nouveau régime indemnitaire donne la part belle aux plus hauts gradés et aux « faisant fonction ».

AP2M : sans aucune concertation, ni avec les adhérents, ni avec les syndicats, avec l’appui de la CFDT, le conseil départemental supprime la subvention à l’AP2M pour confier la gestion au CNAS. Quelle que soit notre opinion sur l’AP2M et le CNAS, la méthode relève d’une OPA sur nos prestations.

Métropole : initiateur du dialogue avec le Grand Nancy, Mathieu KLEIN a surement oublié que des décisions de transferts de compétences devaient passer en CT… Mathieu KLEIN ne dialogue qu’avec la CFDT, peut être pense-t-il tout comme cette dernière que les autres syndicats sont « arque-boutés sur la contestation », excluant de toute concertation les 64 % des agents qui n’ont pas voté pour la CFDT aux dernières élections…

Mise en place des MDS : plus de cadres A et moins de postes de terrain (catégorie C et B) à « masse salariale constante », un échelon de plus dans les strates hiérarchiques pour les assistants aux responsables des MDS et les coordinateurs de la prévention spécialisée, une logique de développement social fondée exclusivement sur des économies à faire en confiant à d’autres ce que nous ne pouvons / voulons plus faire…

Avancement de grade : c’est désormais au mérite ! Sans aucune discussion, l’accord, signé notamment par la CGT (n’en déplaise au donneur de leçon qu’est la CFDT) sur les avancements a été littéralement mis aux oubliettes. Désormais, la règle c’est « plus aucune règle », à la tête du client, il suffit de demander ! Employeur et CFDT s’entendent pour établir leurs listes, les autres syndicats font figures de potiche. Pourtant la loi est claire : c’est la valeur professionnelle qui vaut et, à valeur professionnelle égale, c’est l’ancienneté. Mais pour justifier ses choix, l’employeur n’a plus qu’à affirmer, durant les CAP, que « excellent agent » ne vaut pas « agent excellent » et que « l’agent excellent » qui a 10 ans d’ancienneté de moins que « l’excellent agent » sera « meilleur » et aura son avancement.

 

Des décisions qui ne se prennent plus, des injonctions paradoxales en permanence  : sous couvert d’une conception qualifiée d’humaniste du management, notre directrice générale des services fait preuve d’un amateurisme qui rivalise dangereusement avec son autoritarisme. Les décisions d’hier ne sont plus d’actualité aujourd’hui, mais peut-être le seront-elles demain…

Dialogue social ? Mais de quoi parle la CFDT ? Des discussions entre potes ? A coup d’avancements / promotions pour bons services rendus ? Comment laisser croire aux agents que la qualité du service public au conseil départemental 54 s’est améliorée depuis que la CFDT a repris, lors des dernières élections, sa place de « 1er syndicat » avec 36 % des votes en CT ? Non seulement c’est mensonger, mais c’est aussi méprisant pour ceux et celles qui, au quotidien, disent leur ras-le-bol d’une collectivité qui n’a plus aucune considération pour eux et pour leur travail, d’un exécutif donneur de leçons quant à la manière de travailler, de logiques managériales purement descendantes, autoritaires, ignorantes des métiers « de terrain » et dont les préoccupations sont de plus en plus éloignées de celles de la base.

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *